Come together. Riiiiiiiiiight nah-aa-oww…. ovah me.

Well, over us.

Dois-je expliquer pourquoi ces paroles des Beatles sont si à propos ? Je pense que je vais le faire. Mais d’abord, je vais arrêter de dire « je vais ». Tu te souviens de ces chiots qu’on a ramassés dans un vide-grenier l’année dernière pour 10 euros pièce ? Ce sont de vieux tirages encadrés par des professionnels représentant les baies et les fleurs sauvages de l’Alaska, ce qui nous a semblé mignon puisque nous y avons passé notre lune de miel.

 

Nous avons donc peint à la bombe les cadres (et les tapis !) et les avons accrochés de chaque côté de notre lit. Si cela ne vous rafraîchit pas la mémoire, peut-être que cette vieille photo de ce post le fera.

 

Bien, récemment, ils se sont – dites-le avec moi maintenant – assemblés.

 

Voici comment tout s’est déroulé. En fait, en parlant de tomber, tout a commencé lorsqu’un certain bélier est tombé pendant le tournage de notre livre.

 

Depuis que ni tous les chevaux du roi ni tous les hommes du roi n’ont pu remettre Ramsey en place, l’espace au-dessus de notre lit est vide de tout depuis quelques mois. Nous avons envisagé de rechercher une tête d’animal similaire (une idée qui nous a pratiquement fait saliver) mais vous savez que nous aimons utiliser ce que nous avons, alors nous avons décidé d’essayer de raccrocher les gravures que nous avions déjà là. Avant de faire des trous inutiles, nous les avons démontés et juste étayés comme ceci pour essayer de les visualiser là.

 

Au départ, nous pensions que le lustre pourrait en bloquer une trop grande partie, mais cela semblait prometteur, alors nous avons décidé de nous lancer. Mais ce n’était pas une tâche facile parce que ces lourdes sucettes ont besoin de deux vis ancrées pour les maintenir en place. De plus, nous devions faire attention à les centrer dans le lit et à les mettre de niveau les uns par rapport aux autres, tout en ne faisant pas trop de trous dans le mur.

C’est ainsi qu’a commencé notre système pas très scientifique, mais pas moins compliqué, pour les raccrocher. On a commencé par relier les trous existants (que j’avais méticuleusement mesurés la première fois) avec un morceau de fil à coudre scotché au mur pour créer un joli guide de niveau).

 

Juste pour être sûr, j’ai vérifié qu’il était de niveau avant de baser tous mes repères dessus. Ouf. Il était de niveau !

 

Maintenant que nous avions marqué la hauteur, nous devions déterminer où les trous devaient aller d’un côté à l’autre pour que les cadres soient à peu près équidistants les uns des autres et des poteaux du lit. J’ai donc fait un croquis et j’ai libéré le matheux qui sommeille en moi. Oui, je pense que ce que j’ai fait peut être qualifié d’algèbre. Enfin, sauf pour la partie où j’ai résolu que « X » était égal à « 7cm ». 

 

Savoir à quelle distance tout devrait être m’a permis de commencer à marquer. Le trou auquel était suspendu le bélier était mon guide central, j’ai donc mesuré 34cm (moitié de 15 + moitié de 8) de chaque côté pour marquer le centre de chaque cadre. Et puisque nous accrochons ces types par deux vis (cela ne supporte pas seulement le poids, mais l’empêche de pendre de travers), j’ai fait des marques de quelques cm de chaque côté. Sherry voulait que les cadres soient suspendus un peu plus bas qu’avant (puisque nous n’avions plus à dégager les lampes de table et que nous ne voulions pas qu’ils soient trop bloqués par le lustre), alors j’ai également marqué un peu vers le bas en utilisant un guide scotché sur mon niveau.

 

Confus encore ? Moi aussi. Nous avons fini par modifier un peu les choses pour que les cadres soient un peu plus proches les uns des autres, donc l’espace entre eux est d’environ 13cm et l’espace de chaque côté est de presque 20cm.

 

Nous creusons le changement jusqu’à présent. Nous avons l’impression qu’ils remplissent joliment l’espace – beaucoup plus que le bélier ne l’a jamais fait (sans vouloir dire du mal des morts ou quoi que ce soit).

 

Bien que le lustre les chevauche lorsque vous faites face au lit à hauteur normale, c’est un joli look en couches. Rien de trop fou ou d’exigu à regarder.

 

En fait, nous avons quelques autres choses de prévues ce week-end- et vous savez que nous vous tiendrons au courant ! Qu’est-ce que vous avez de prévu ce week-end ? Des trucs de maison à l’ordre du jour ? Avez-vous déjà eu à faire des calculs pour accrocher des tableaux ? Ou essayé d’utiliser de la ficelle pour garder une ligne de niveau sur le mur ? En fait, cela a fonctionné étonnamment bien.