La fissure est toujours d’actualité. Je n’ai pas pu m’empêcher de sortir cette phrase inspirée de Whitney Houston, même si nous l’avons déjà utilisée. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’un article sérieux et percutant sur des questions de la vie réelle. Je plaisante. Cette fois, ma blague de cinquième année fait référence à une fissure géante qui traversait le côté du plafond de la buanderie. 

 

Nous avons fait vérifier cette grosse fissure lors de l’inspection et avons appris que cela n’a rien à voir avec des problèmes de fondation (juste un tassement normal de la maison). Ouf. Et ce n’était rien qu’un petit calfeutrage blanc pouvant être peint sans réparer. Double ouf. Conseil : assurez-vous toujours qu’il est peinturable pour des travaux de ce genre, sinon il ne s’intégrera jamais correctement – nous aimons le calfeutrage blanc à peindre pour les fenêtres et les portes. Nous n’avons pas utilisé de mastic (par opposition au calfeutrage) car nous avons entendu des experts dire qu’il pouvait rétrécir et  » tomber  » de la fissure avec le temps, alors que le calfeutrage ne rétrécit pas et ne se fissure pas autant. Quoi qu’il en soit, c’était un processus super facile. J’ai juste:

  • Pressé une ligne de celui-ci le long de la fissure. 
  • Je l’ai étalé avec mon doigt pour enlever l’excès de calfeutrage. 
  • Passer dessus avec un chiffon humide pour un aspect encore plus lisse. 
  • Laisser sécher complètement (j’ai attendu environ 48 heures, surtout par paresse)
  • Je l’ai retouché avec de la peinture pour murs et plafonds laissée au sous-sol par les anciens propriétaires (voyez le nuancier peinture).

Alors, si vous avez une fissure dans votre mur ou votre plafond et que vous vous demandez si vous pouvez vous en occuper, je vous promets que vous le pouvez. Même si vous mesurez 1m30 et que vous devez vous tenir sur une chaise pendant que le bébé fait la sieste et que le chien vous regarde d’un air interrogateur comme si vous aviez perdu la tête et vous fait un œil puant tout le temps.

 

Ma mère a même récemment calfeutré sa salle de bain toute seule (après m’avoir appelé dix fois de la quincaillerie pour comparer les mérites des différents pistolets à calfeutrer). Tellement fière d’elle.

Et ainsi se termine (presque) notre deuxième aventure liée au crack. Vous pensiez que je pouvais faire court ? Est-ce que vous me connaissez au moins ? Pas dans la vraie vie, je veux dire via internet. Quoi qu’il en soit, nous partageons en fait ce banal détail de calfeutrage puisque nous avons décidé qu’il était grand temps de nous attaquer à la transformation de notre buanderie. Signalons le feu d’artifice ! Lancez la ligne de tambour ! Faites attention à ces clowns jongleurs de feu (n’ayez pas peur, ils sont de la variété amicale et pas du tout effrayante ou cauchemardesque).

 

Nous prévoyons d’effectuer quelques changements un projet à la fois qui, nous l’espérons, s’ajouteront à une belle différence rafraîchissante en ce qui concerne l’apparence et la fonction de notre minuscule espace de 9m x 20m. 

 

Nous avons :

  1. Mis à niveau vers de nouveaux appareils à chargement frontal (très en solde) ;
  2. Enlevé les volets des fenêtres ;
  3. Dépoli la porte latérale où tout le monde peut me voir allaiter qui donne sur la cuisine ;
  4. Enlevé les étagères derrière la porte latérale (en face de la laveuse/sécheuse).

Nous avions l’intention d’ajouter des rangements intégrés à côté de la laveuse et de la sécheuse empilées parmi quelques autres choses fonctionnelles (et tout simplement jolies), alors voici la liste des choses à faire telle qu’elle se présente aujourd’hui :

  • Peindre le quart de rond marron impair près des plinthes en blanc brillant ;
  • Refaire toutes les garnitures abîmées (également en blanc semi-brillant) ;
  • Peindre les murs (nous reviendrons avec des détails sur les couleurs plus tard dans la semaine) ;
  • Ajouter des étagères encastrées réglables dans ce coin à côté de la machine à laver et séchoir – nous ne pouvons pas les désempiler et les mettre sur le long mur puisque la pièce ne fait que 9m de large, donc il ne nous resterait que 18m d’espace entre le devant de l’unité et le mur opposé si nous les déplacions ;
  • Remplacer les charnières et les boutons de l’armoire supérieure ;
  • Acheter un nouveau luminaire (vous voyez l’ancien sur les deux premières photos ?) ;
  • Bricoler quelque chose ? 
  • Ajouter un traitement de fenêtre (peut-être un traitement fait maison ?) ;
  • Ajoutez un autre rangement fonctionnel près de la porte pour les chaussures, la laisse de Burger, etc ;
  • Accrocher quelques œuvres d’art pour rendre l’endroit plus gai et masquer la boîte à fusibles géante en métal ;
  • Et bien sûr, à long terme, nous aimerions arracher le carrelage en vinyle pour espérer découvrir des bois durs que nous revernirons un jour (nous croisons les doigts pour qu’ils s’étendent aussi à la cuisine).

Mais ce n’est pas pour tout de suite, car il faudra enlever tous les meubles de la cuisine pour y accéder (ils reposent sur le carrelage en vinyle et une couche de contreplaqué avec des bois durs en dessous – oh l’humanité). Donc, pour l’instant, l’accent est mis sur l’ajout d’une fonction quotidienne et de rangement… et un peu de mignon tant que nous y sommes. C’est parti !

Vous avez des transformations de buanderie en cours ? Des projets, des œuvres d’art ou des couleurs que vous aimez dans votre coin buanderie ? Pensez-vous que tous les clowns sont de la variété terrifiante assassiner-vous-dans-votre-sommeil ? Je pense qu’il y a deux sortes. Les gentils et les effrayants. Tout est dans les yeux et les cheveux.